full screen background image

Le PAPAT face à la crise pastorale et agricole dans le sahel tchadien

Une situation de crise due à la sécheresse

Les éleveurs du Kanem et du Bahr El Ghazel ont été frappé par une sécheresse qui a décimé une grande partie de leur bétail en 2010. En 2011, le début tardif de la saison des pluies et les niveaux de précipitation largement inférieurs à la normale ont mené à une réduction importante de superficie emblavée, et ont fait baisser la production des céréales de presque 40% et la production des autres cultures vivrières d’environ 28%. Le département de Mangalmé dans la région du Guéra a été sévèrement touché. Pour remédier à cette situation, le PAPAT a apporté un appui d’urgence dans le cadre de sa composante 1 aux éleveurs et producteurs les plus affectés dans ces régions avec des résultats encourageants.

Des intrants et aliments de bétail en urgence pour améliorer la résilience des producteurs

L’intervention du projet a consisté à accroître l’accès des producteurs de Mangalmé (région du Guéra) aux semences améliorées et les éleveurs des régions du Kanem et du Bahr El Ghazel aux aliments de bétail afin de permettre respectivement, d’augmenter la production vivrière et de réduire la mortalité du bétail.

Il s’agit à l’issue de l’intervention d’aider les agriculteurs à produire 8900 tonnes de céréales sur une superficie de 15000 ha emblavées avec 128 tonnes de semences distribuées. L’opération à terme devrait bénéficier à 15000 producteurs. Outre la production de céréales, il est aussi attendu de l’opération, la sauvegarde de 4500 animaux avec 2800 tonnes d’aliments de bétail.

Stratégie et résultats obtenus

Pour y arriver, le PAPAT a misé fortement sur la stratégie faire-faire avec l’acquisition des semences et aliments de bétail aux travers des fournisseurs nationaux et l’implication des organismes de la société civile, de l’administration ainsi que les représentants des producteurs dans l’identification des vulnérables et la distribution des quantités acquises.

Le résultat de ces deux opérations n’a été que satisfaisant nonobstant le retard dans la disponibilité des semences et les aléas climatiques persistants. En effet, 128 tonnes de semences ont été distribuées aux 12 800 bénéficiaires identifiés soit 100% des cibles atteints en ce qui concerne la les semences avec une production de 5 166 tonnes de céréales sur 8 900 tonnes de prévu, soit 58 % de réalisation . Quant aux aliments de bétail, 86 974 bénéficiaires ont pû être touchés avec 18 765 têtes de bétail sauvegardées soit 7 têtes par ménage dans le Kaneme et Barh El Gazal.

Aussi, en réponse aux urgences pastorales résultants des événements politico-militaires en République Centrafricaine le projet a réussi, avec l’appui de FAO, à toucher 17 270 personnes (dont 3542 femmes et 13 769 hommes) avec 20 000 tonnes d’aliments de bétail qui ont permis de sauvegarder 510 348 animaux dans le Moyen Chari, Mandoul et Logone Oriental.