full screen background image

6ème mission conjointe de supervision du programme d’Actions Communautaires (PAC3)

article-6iem

Le Programme d’Actions Communautaires (PAC 3) a organisé du 3 au 15 octobre la 6ème mission conjointe de supervision de ses activités. À cet effet une rencontre entre les acteurs a été organisée dans les locaux du programme pour le lancement de cette mission. Cette rencontre a été présidée par le Secrétaire général du Ministère de l’Agriculture et de l’Elevage, Président du Comité de Pilotage du PAC 3.

Au cours de leur rencontre, les participants évalueront la mise en œuvre du Projet par rapport à son dispositif de gestion ; ils analyseront la mise à disposition des fonds de contrepartie requis ; ils évalueront ensuite le niveau de respect des normes fiduciaires ainsi que des politiques opérationnelles et des normes environnementales et sociales vis-à-vis de l’Accord de Financement et du Document d’Evaluation du Projet.
En plus, les acteurs du projet vont ensemble, au cours des prochains jours, faire le tour d’horizon des activités menées et des résultats importants enregistrés depuis presque quatre (4) ans de mise en œuvre de la 3ème phase du Programme d’Actions Communautaires. En ouvrant les travaux de cette rencontre, le Secrétaire général du Ministère de l’Agriculture et de l’Elevage, Président du Comité de Pilotage du PAC 3, M. Diamoitou Guessibo Boukri, a souligné que le PAC 3 a atteint, à la date d’aujourd’hui, pratiquement tous les résultats qui lui sont assignés dans le temps imparti.

C’est pourquoi, a-t-il indiqué, le Gouvernement du Niger a négocié et obtenu de la Banque Mondiale des fonds additionnels d’une valeur de 12,5 milliards de FCFA durant les 2 prochaines années, pour augmenter et surtout pérenniser les acquis et préparer un nouveau programme encore plus ambitieux et de plus long terme. Selon le président du Comité de Pilotage du PAC 3, la mise à l’échelle des activités réussies et jugées hautement satisfaisantes répond à l’aspiration du Gouvernement, celle d’insuffler un développement durable, équitable et inclusif et garantir la sécurité alimentaire et nutritionnelle des populations par le biais d’une meilleure gestion des ressources naturelles et d’un système de productions agro-sylvo-pastorale et halieutiques performant et résiliant aux changements climatiques. Aussi, a-t-il précisé, la mission d’appui à la mise en œuvre du programme d’Actions Communautaires, a pour objectifs de faire le point sur l’état de mise en œuvre globale du Projet ainsi que la mise en œuvre des recommandation issues de la dernière mission d’appui, d’évaluer le niveau d’exécution du PTBA 2017, de travailler à consolider les résultats déjà obtenus en vue d’assurer leur durabilité.

Le Programme d’Actions Communautaires dont la 3ème phase a été lancée en janvier 2014, a apporté un appui considérable aux communes et aux communautés du Niger. Il a enregistré des résultats satisfaisants dans divers domaines, ce qui lui a valu la reconnaissance des populations bénéficiaires, ainsi que celle de l’Etat et des Partenaires Techniques et Financiers.
Du reste, le coordonnateur national du PAC3, M. Ali Moha, a sa présentation, indiqué qu’en tant qu’outil de mise en œuvre de l’Initiative 3 N les « Nigériens Nourrissent les Nigériens », le PAC 3 a permis aux communes et aux communautés, entre autres de se doter d’infrastructures socio économiques de base, de mettre en place des fonds de roulement en espèces et en nature, de récupérer des milliers d’hectares de terres dégradées qui ont été mises à la disposition des populations et exploitées actuellement, de toucher plus de cinq millions cinq cent mille bénéficiaires directs (dont plus de 53% des femmes) pour un objectif initial de trois millions de bénéficiaires directs dans les 125 communes de la zone d’intervention du programme.

M Ali Moha a relevé que le projet est aujourd’hui à 97% de taux global de consommation budgétaire. Par ailleurs, il a rappelé que c’est sur la base de ce succès que le Gouvernement du Niger a obtenu de l’IDA un financement additionnel de 12,5 milliards de FCFA pour les deux prochaines années. Le coordonateur national du PAC3 a expliqué que dans le cadre du Fonds Additionnel, « le projet mettra particulièrement l’accent sur l’amélioration de la productivité agricole, y compris la petite irrigation ; le développement des activités qui procurent davantage de revenus, en particulier pour les femmes et les jeunes ; la réalisation de microprojets intégrés qui permettront de produire en toutes saisons et d’améliorer la résilience des populations cibles face aux changements climatiques ». Pour sa part le représentant de la Banque mondiale a souligné que le lancement de cette 6èmemission conjointe de supervision du PAC3 se tient dans un contexte particulier car le Projet tire à sa fin, avant de se réjouir du résultat satisfaisant obtenu tout relevant que cela a été possible grâce aux concours de tous les acteurs.