full screen background image

SAWAP – NIGER

Le Programme d’Actions Communautaires 3 (PAC 3) est le troisième projet d’appui au Programme d’Actions Communautaires. La signature des accords de financement est intervenue le 07 juin 2013 à Niamey. La mise en vigueur a été déclarée le 04 septembre 2013 pour une durée de quatre ans; la clôture est prévue le 22 décembre 2017. Le PAC3 est financé à hauteur de 49,518 millions de usd par : (i) un don IDA de 40000 usd ; (ii) un don FEM de 4,518 usd ; (iii) une participation de l’Etat de 3000000 usd ; (iv) une contribution des bénéficiaires de 2000000 usd.

L'ensemble des collectivités territoriales du Niger bénéficieront des activités de renforcement de capacités à savoir celles de la Composante A. Cent vingt-cinq (125) communes les moins équipés en Kits 3N(initiative les Nigériens Nourrissent les Nigériens) et qui ne disposent pas d’appui d’autres intervenants majeurs ou affectées par les situations d’urgence bénéficieront du Fonds d’Investissement Local (FIL) à travers la composante B: 7 communes dans la région d’Agadez, 6 à Diffa, 22 à Dosso, 22 à Maradi, 21 à Tahoua, 22 à Tillabéri, 24 à Zinder et 1 à Niamey.

La stratégie d’intervention du PAC3 capitalise les acquis des phases précédentes et prend en compte les nouveaux cadres stratégiques à savoir le PDES 2012-2015 et l’I3N. La stratégie globale est basée sur les principes suivants : -La poursuite de la logique d’intervention d’appui à la demande (Demand driven) ; -La poursuite et l’approfondissement de l’appui à la décentralisation au niveau des collectivités territoriales ; -Le développement des capacités locales de planification, de programmation et de priorisation des investissements assurés par les collectivités territoriales; Le renforcement des capacités de maîtrise d'ouvrage des collectivités territoriales ; -Le transfert de fonds aux collectivités territoriales pour financer des investissements collectifs de services et des projets qui répondent à leurs priorités (PDC - PIA) ; -l’harmonisation aux stratégies sectorielles (notamment l’I3N) et complémentarité avec les programmes similaires; -La stratégie de sortie du programme à travers l’opérationnalisation de l’ANFICT, le renforcement des capacités des collectivités territoriales, le renforcement des capacités des acteurs nationaux, régionaux, départementaux et communaux en charge de la mise en œuvre du PAC3.

Un Fonds additionnel pour la mise à l’échelle, jusqu’au 20 décembre 2019, de bonnes pratiques. Après plus de douze années (Phase1, Phase2 et Phase3) d’appui aux communes et aux communautés le Programme d’Actions Communautaires (PAC) a obtenu des résultats satisfaisants dans divers domaines. Cette performance lui a valu la reconnaissance des populations bénéficiaires des interventions ainsi que celle de l’Etat et des bailleurs de fonds. Pour permettre d’augmenter significativement les effets et impacts des réalisations du PAC, le Gouvernement du Niger et la Banque Mondiale ont convenu de financer à travers l’octroi de fonds additionnels de 12,586 milliards de FCFA, la mise à l’échelle des activités réussies par le PAC. Le projet proposé est favorable au double objectif de la Banque Mondiale à savoir, éliminer l’extrême pauvreté et stimuler la prospérité à l’échelle communale. Le Fonds Additionnel sera mis en œuvre sur une période de 24 mois (clôture prévue le 20 décembre 2019) dans les 125 communes d’intervention du PAC3 en fonction de degré de réponse des sites proposés aux critères de sélection. Dans sa conception, le PAC3 a capitalisé les leçons apprises du PAC2 et s’est moulé dans le contexte actuel du Niger en orientant ses composantes techniques vers l’atteinte des résultats de développement escomptés par le Gouvernement. Il a quatre composantes.

Cette composante appuie les initiatives visant à renforcer les capacités des Communes ciblées et à améliorer la gouvernance locale. Elle est financée à hauteur de 8 354 000 usd soit 16,8% du financement.

La composante B fournit un appui aux Communes pour leur permettre de financer les activités agro-sylvo-pastorales et halieutiques relevant de la mise en œuvre de l’initiative 3N. Elle est financée à hauteur de 35 000 000 usd soit 69,70% du financement.

Elle concerne la Coordination des activités du projet. Elle représente 13,5% du financement soit 6 164 000 usd.

La composante D concerne l’Intervention rapide en cas de crise ou situation d’urgence éligible (inondations sévères, épidémies liées au climat). Son financement est déterminé selon la crise en question.

RENFORCEMENT DES CAPACITES DES COMMUNES ET AMELIORATION DE LA BONNE GOUVERNANCE

Les pratiques de bonne gouvernance au niveau des communes sont améliorées: participation, reddition des comptes et équité dans 85% des communes.

Les capacités des collectivités en matière de développement local sont renforcées pour 100% des communes bénéficiaires du Fonds d’Investissement Local.

Les rapports financiers annuels sont préparés dans les délais légaux par 75% des communes ciblées L’équité entre genre est explicitement prise en compte dans 90% des microprojets approuvés et réalisés par les communes ciblées.

Un mécanisme de plainte est mis en place dans 65% des communes. Les communes effectivement impliquées dans l’intercommunalité Les capacités en matière de développement local des acteurs régionaux et des services déconcentrés sont été renforcées.

AMELIORATION DE LA SECURITE ALIMENTAIRE

La GDTE/GDF est amplifiée. Les deux indicateurs de mesure retenus sont : (i) « superficies additionnelles faisant l’objet de pratique de gestion durable des terres et de l’eau (GDTE) et de gestion durable des forêts » la cible visée est 60.000 ha; (ii) Pourcentage des communes ciblées qui ont mis en œuvre des actions de protection/ restauration dans au moins 200 hectares de terre » la cible de fin de phase est de 70%.

Les pratiques de GDTE sont améliorées. L’indicateur de mesure retenu est « pourcentage de ménages nouvellement ciblés ayant adopté des pratiques et des technologies ASP durables, promues par le projet (IDA) ». La cible visée est 90% des ménages bénéficiaires de microprojets.

La dotation indicative financière est utilisée à au moins 80% par les communes ciblées ; la cible est 80% des communes FIL/PAC3

  • Le revenu des bénéficiaires MP a augmenté d’au moins 30%; la cible est 80%
  • Les populations des communes ciblées ont accès aux services de nutrition
  • Le seuil de rayonnement du projet a atteint 3 000 000 de bénéficiaires.

AMELIORATION DE LA REPONSE AUX SITUATIONS D’URGENCE

La réponse aux urgences est adéquate. L’indicateur retenu est « temps mis pour rendre les fonds disponibles selon les demandes du Gouvernement pour des mesures d’urgence éligibles ». la cible est 4 semaines après la réception de la demande du Gouvernement.

Il est attendu que dans la mise en œuvre, les critères de pertinence, d’efficacité d’efficience et de durabilité constituent les principes de base et permettent l’atteinte des valeurs cibles des indicateurs de performance du projet. En capitalisant d’importantes leçons des forces et des faiblesses du PAC1 et du PAC2 et aussi de différents programmes/projets de développement opérant au Niger dans les domaines de l’Approche programme, le renforcement des capacités, la gestion et partage des connaissances, la gestion durable des terres, l’approche genre et la vulnérabilité, sécurité et cohésion sociale.

Programme d’Actions Communautaires(PAC3)

Un Programme, un modèle de réussite

Après plus de douze années d’appui aux communes et aux communautés le Programme d’Actions Communautaires (PAC) a obtenu des résultats satisfaisants dans divers domaines. Cette performance lui a valu la reconnaissance des populations bénéficiaires des interventions ainsi que celle de l’Etat et des bailleurs de fonds.

Pour permettre d’augmenter significativement les effets et impacts des réalisations du PAC, le Gouvernement du Niger et la Banque Mondiale ont convenu de financer à travers l’octroi de fonds additionnels de 12,586 milliards de FCFA, la mise à l’échelle des activités réussies par le PAC. Le projet proposé est favorable au double objectif de la Banque Mondiale à savoir, éliminer l’extrême pauvreté et stimuler la prospérité à l’échelle communale.

Le Fonds Additionnel sera mis en œuvre sur une période de 24 mois (clôture prévue le 20 décembre 2019) dans les 125 communes d’intervention du PAC3 en fonction de degré de réponse des sites proposés aux critères de sélection.

Nous vous proposons une synthèse des résultats du PAC3 au 31 septembre 2017.

Bonnes pratiques

Bonnes pratiques


11 décembre 2017    sadmin

Dans le cadre de la gestion durable des terres et des eaux (GDTE) le programme d’Actions Communautaires (PAC3) a mis en valeur dix bonnes pratiques que le projet peut valablement éteindre à l’échelle du pays. Ces dix meilleures pratiques sont relatives à la vulgarisation de la pratique d’Azai, les demies lunes, la Régénération naturelle assistées, […]

Le Site  bio carbone de Lido au Niger

Le Site bio carbone de Lido au Niger


11 décembre 2017    sadmin

Quand l’agroforesterie donne espoir à une communauté Le site bio carbone de Lido est situé dans la Commune rurale de Guechemé, à 210 kms de Niamey, la capitale du Niger et 70kms de Dosso, le chef-lieu de région. Le Site de Lido est un plateau latéritique, inexploitable sur le plan agricole et pastoral. Très lessivé, […]