full screen background image

La gestion communautaire des ressources pour un développement rural et agricole

DSC_0023La Gestion des Ressources Communautaires dans la zone du Nord Ghana ou CREMAs a fait l’objet de l’intérêt des participants à la quatrième conférence SAWAP à l’occasion de la traditionnelle visite de terrain organisée au terme de cette Conférence. Cette année, ce sont les CREMAs du Nord Ghana plus précisément du District Ouest de Bawku,  de Banu, de Kunchogu,et de Talensi District mis en place par le programme SAWAP du Ghana, le programme de gestion durable des terres et des eaux qui ont accueilli les 80 participants à cette visite terrain dont une dizaine de journalistes du réseaux BRICKS venus des pays SAWAP et de la Guinée.

3 jours d’échange et de découverte de ces formes spécifiques de gestion communautaires ont été réservés aux participants à la visite terrain du 11 au 13 mai 2017.

DSC_0922De Bolga Tanga, des trajets sont effectués journalièrement pour rallier les zones d’observation de différentes techniques et approches tels que:  la gestion intégrée des sols, la conservation de l’eau des sols, les succès des CREMAs, la Regénération Naturelle Assistée (RNA)… Une équipe composée des experts du projet SAWAP Ghana mais également  de la commission foresterie de la division Wildlife  ont guidé les participants devenus pour l’occasion apprenants. Le concept de CREMAs ainsi que ses buts ont été expliqués aux participants qui ont pu au contact des communautés comprendre l’impact sur leurs vies. Ainsi, les CREMAs permettent de sécuriser les milieux naturels, protéger les espèces, améliorer le climat et contribuent au développement rural par l’augmentation des revenus des ménages grâce aux productions agricoles et revenus générés par la gestion communautaire. Les CREMAs favorisent la gestion autonome des espaces et des revenus par les membres de la communauté eux mêmes avec un volet d’autonomisation des femmes qui sont impliquées dans la gestion malgré la barrière culturelle. Les CREMAs sont donc « une zone géographiquement définie, avec des ressources suffisantes où vivent des communautés organisées eux mêmes dans le but de gérer durablement les ressources ».

DSC_1013La communauté de Banu a permis aux participants de constater l’impact de cette gestion communautaire dans la vie quotidienne des habitants. Cette CREMA tire ses revenus de la traque des braconniers et coupeurs d’arbres qui payent amendes et risquent des peines d’emprisonnement pour ces entraves. 70% des revenus de cette traque reviennent aux habitants de la communautés, 20 % servent au paiement de la redevance aux chefs traditionnelles. Grâce aux CREMAs, les membres de la communauté bénéficient de renforcement de capacités sur la gestion de certaines espèces d’arbre. Les communautés bénéficient également de l’octroi de machines. Les femmes ont quant à elles pu intégrer de nouvelles cultures comme celle de la noix de karité.  Amina Yakubu, membre du CREMA et habitante du village nous parle des CREMAs:

DSC_0009
Amina Yakubu

« Mère de 5 enfants, je vend de la bouillie de mil et je suis également trésorière de la CREMA. Avant les CREMAs nous coupions les arbres de karité afin de faire nos champs pour l’agriculture. Avec les CREMAs et la sensibilisation nous ne coupons plus d’arbres et mieux nous faisons la transformation des noix de karité pour en faire de l’huile. Les CREMAs nous ont aussi permis d’avoir une machine d’égrenage qui nous facilite la vie. Grâce à elle je n’ai plus besoin de piler le mil pour ma bouillie, il me suffit de l’écraser. Mes revenus issus de la vente de cette bouillie sont passés de 20 ghana cedis à 40 ghana cedis grâce à la présence de cette machine. Dans les CREMAs, les femmes jouent un rôle d’avertissement permettant de notifier des comportements suscepts en l’absence des hommes occupés dans les champs. Elles jouent également un rôle d’information en veillant à ce que toutes les informations circulent correctement dans la communauté. »

DSC_0047

Connaissances de pratiques agricoles améliorées, disponibilité des intrants agricoles, machines de transformation ou encore autonomisation des femmes sont tant d’impacts positifs des CREMAs dans la vie de ces communautés. De nouvelles variétés sont également introduites dans les habitudes agricoles des communautés. Ainsi en plus des cultures traditionnelles de ces zones comme la noix de karité, mais, mil, riz, de nouvelles cultures sont intégrées telles que le manioc. Des prospections sont faites pour la culture du Moringa vu sa forte valeur nutritive.

Ce concept de CREMA a été apprécié par les participants qui ont toutefois partagé les expériences face aux challenges qui se dressent dans leur gestion à savoir notamment la difficulté d’approvisionnement en eau. Les membres de l’équipe de coordination des CREMAs ont quant à eux soulever les défis de financement durable et suffisant de cette approche pour des conséquences plus que bénéfiques sur les populations.

DSC_0044  DSC_0952