full screen background image

Le Site bio carbone de Lido au Niger

Quand l’agroforesterie donne espoir à une communauté

Le site bio carbone de Lido est situé dans la Commune rurale de Guechemé, à 210 kms de Niamey, la capitale du Niger et 70kms de Dosso, le chef-lieu de région.
Le Site de Lido est un plateau latéritique, inexploitable sur le plan agricole et pastoral. Très lessivé, le sol du plateau de Lido ne produit ni paille pour les animaux ni bois de chauffe ou de service pour le besoin d’une population dont les bras valides sont tournés vers l’exode rural à la fin de la saison hivernale et les espèces fauniques sont rares.
Il faut dire que le terrain était complètement dégradé sans aucune possibilité de production agricole à même de satisfaire les besoins alimentaires de communautés réparties dans 5 villages ceinturant le site. C’est une végétation fortement dégradée avec des reliques de rejets de combrétacées qui témoignent d’une végétation jadis verdoyante. Le plateau de Lido a une superficie de 206hectares.
En 2006, le Programme d’Actions Communautaires, à la demande des populations, a décidé d’intervenir pour mettre en valeur le site de Lido à travers des actions de restauration par la plantation d’Accacia senegal pour récupérer les terres dégradées du site. Au total 206 ha ont été récupérés à travers les ouvrages mécaniques et la plantation de l’espèce acacia senegal
L’innovation apportée par le projet rentre dans le cadre des mécanismes de développement propre(MDP).
Il faut dire les populations concernées par l’exploitation du site sont organisées en grappes et disposent d’une organisation propre sous forme de comité de gestion sous l’encadrement des agents des eaux et forêts, en charge de la protection du site.
10 ans après, le site de Lido fait bon vivre. Le sol est restauré. Il productif car les activités agricoles y sont menées avec des cultures intercalaires (vivrières et fourragères), la paille pousse et est exploitée et vendue, la gomme arabique est récoltée et vendue. Par exemple en 2014, il a été récolté 187,6 tonnes de mil contre 245 en 2015.Pour l’arachide, il a été recolté139 tonnes en 2014 contre 231 tonne en 2015.Le vaondzou et le niébé sont aussi produits et sont commercialisés. Mieux, de l’avis du chef de village de Lido, M Mamane Abdou, un ancien instituteur, plus de 30 tonnes de fourrages sont annuellement exploités. Pour la gomme arabique, la production oscille bon an mal an entre 110 et 120 tonnes, nous a-t-il dit.
Le site de Lido est un exemple de réussite dont la renommée dépasse les frontières grâce à l’appui du Projet. Une étude menée en 2016 a montré que le site de Lido présente une quantité satisfaisante de carbone car 10.000 tonnes ont été séquestrés. Les populations sont fixées et mènent des activités agroforestières qui donnent l’espoir puisqu’ elles tirent de retombées importantes du fait de la pratique agricole, de l’élevage, de la vente de fourrages avec le retour de plusieurs espèces herbacés,de l’entretien du site, de l’élagage, de la collecte de la gomme arabique, entre autres. Les populations ont plus 5.000.000 de fcfa dans un compte à la Banque. Elles vivent en symbiose sur un territoire totalement restauré.
En juin 2016, le Directeur des opérations de la Banque mondiale pour le Niger, M Paul Mounba, était sur le site pour voir le travail abattu et salué l’effort fourni par les braves populations de Lido. Comme quoi un site complément dénudé et improductif peut être transformé en un terrain productif sur lequel l’agroforesterie peut constituer un véritable espoir pour une population déterminée.