full screen background image

SAWAP – BURKINA FASO

PROTECTION DES BERGES UTILISATION DE FOYERS AMÉLIORÉS FOYERS AMÉLIORÉS EN CONSTRUCTION DEMI LUNES BAS FOND AMÉNAGÉ

Le projet de Gestion Durable des Terres et des Forêts est un projet qui vise à soutenir la restauration et la protection des ressources naturelles, de la forêt et de la biodiversité dans le paysage de l’écosystème en rapport avec l’expansion agricole et dont la zone de couverture concerne le complexe écologique PONASI qui couvre les zones protégées de Po, de Nazinga et de la Sissili au centre-sud du pays comme une priorité, pour s’assurer que la productivité agricole et la gestion du bétail sont poursuivies de façon durable dans le contexte de ces écosystèmes, des aires protégés et des réserves. Trois autres zones et régions écologiques sont également visées pour la Gestion Durable des Terres et de l’Eau, à savoir le bassin du Nazinon, la région de l’Est et la région du Plateau Central au nord.  Il concerne la gestion des ressources naturelles et la protection d’écosystèmes. Financé par le Fonds pour l’Environnement Mondial à hauteur de 7.14 millions de dollars EU, il s’exécute au sein du Deuxième Programme National de Gestion des Terroirs, Phase 3 (PNGT2-3).  Les fonds des régions ciblées par le FEM couvrent la planification de la gestion intégrée des écosystèmes, la gestion appropriée et les technologies durables, et le renforcement des capacités des communautés et du gouvernement.

Le projet de Gestion Durable des Terres et des Forêts s’exécute au sein du Deuxième Programme National de Gestion des Terroirs, Phase 3 (PNGT2-3). Il concerne la gestion des ressources naturelles et la protection d’écosystèmes choisis, en plus des investissements à base communautaire de la composante 3 et du renforcement des capacités de la composante 1 du Programme.

Le projet de Gestion Durable des Terres et des Forêts vise à soutenir la restauration et la protection des ressources naturelles, de la forêt et de la biodiversité dans le paysage de l’écosystème plus global en rapport avec l'expansion agricole.

Le gouvernement et le Projet ont identifié le complexe écologique PONASI (couvrant les zones protégées de Po, de Nazinga et de la Sissili) au centre-sud du pays comme une priorité, pour s'assurer que la productivité agricole et la gestion du bétail sont poursuivies de façon durable dans le contexte de ces écosystèmes, des aires protégés et des réserves. Trois autres zones et régions écologiques seront également visées pour la Gestion Durable des Terres et de l’Eau, à savoir le bassin du Nazinon ; la région de l’Est et la région du Plateau Central au nord. Par exemple, les principales actions dans la région de l’Est comprennent la gestion intégrée de l’écosystème des ressources naturelles, y compris la gestion durable des terres ; le renforcement des capacités ; la protection des berges et la restauration de la biodiversité ; et une approche de gestion du paysage aux systèmes intégrés de production agricole et animale; et l’amélioration de la fertilité des sols par l'utilisation du paillage pour la fumure organique.

Avec la conduite de ces activités la productivité agricole et la gestion du bétail se feront de manière durable dans le contexte de ces écosystèmes, aires protégées et réserves. Les fonds FEM incorporeront la planification de la gestion intégrée de l'écosystème, une gestion adéquate et des technologies durables, et le renforcement des capacités des communautés et du Gouvernement. Les activités de gestion des zones-tampon seront introduites, en étroite coordination avec la composante 3 qui soutient la GRN dans les communes et d’autres investissements dans les espaces avoisinant les parcs nationaux, exécutés par les autorités locales et les CVD avec l’appui des services régionaux du MEDD.

Le ministère de l'Environnement et du Développement Durable (MEDD) coordonnera les activités sous cette composante et impliquera ses différents services tels que la Direction Générale de la Flore et la Faune (DGFF), et la Direction Générale de la Conservation de la Nature (DGCN). La responsabilité de la mise en œuvre sera assurée par l'Office National des Aires protégées (OFINAP) conformément à un protocole signé avec l’Unité Nationale de Coordination et des plans annuels de travail. Plus spécifiquement, le MEDD sera sollicité pour (a) fournir l'assistance technique aux investissements de GRN sous la composante 3 à travers ses services décentralisés ; (b) soutenir le développement de plans de gestion intégrée de l’utilisation des terres et des plans actualisés de gestion des aires protégées dans les zones cibles; (c) mettre en œuvre ces plans sur le terrain ; (d) contribuer à l’élaboration et à la réalisation de paquets de formation dans la composante 1 ; et (e) soutenir le suivi de l’impact environnemental et les Outils de Suivi du FEM.

Le projet utilise les services techniques des ministères de l'Agriculture, des Ressources Animales, de l'Administration Territoriale, de la Communication et de la Recherche Scientifique en cas de besoin, tandis que certaines activités seront toutefois sous-traitées en fonction de leur taille et de leur complexité. L'exécution contractuelle des travaux sera réalisée par l’OFINAP, les communautés elles-mêmes, les artisans locaux, les prestataires privés, et les organisations non gouvernementales. Le Burkina Faso compte un certain nombre d'ONG nationales et internationales actives dans le développement communautaire à la base et dans la gestion des ressources naturelles (comme NATURAMA, ARP/Burkina Faso Network, Amicales des Femmes Forestières du Burkina Faso/AMIFOB), TREE AID, AZN/Terre verte, Association de promotion de l’Agroforesterie et Foresterie/APAF, SOS Sahel). Le projet travaillera avec les ONG qui ont une base dans l'expertise locale, sur les activités identifiées comme prioritaires dans les PCD ou dans les plans gouvernementaux. Par exemple, l’ONG Tipalga a une grande expérience dans les régions du Sahel, du Nord et du Plateau Central dans le domaine du reboisement et de l'appui communautaire; la Fondation Mains Unies pour le Développement Communautaire dans la Région du Nord ; et le Comité Baoré Solidarité travaille dans le bassin hydrographique du Nazinon

Le financement est assuré par le Fonds pour l’Environnement Mondial à hauteur de 7.14 millions de dollars EU. Les fonds des régions ciblées par le FEM couvrent la planification de la gestion intégrée des écosystèmes, la gestion appropriée et les technologies durables, et le renforcement des capacités des communautés et du gouvernement.

Le renforcement des capacités a consisté en l’appui des communautés locales pour l’élaboration de plans de gestion intégrée des écosystèmes et en l’organisation de sessions de formation sur des thématiques liées à la gestion intégrée des écosystèmes, production, multiplication et diffusion des outils de communication.

Diverses activités sont prévues et réalisées dans le domaine de la conservation des eaux et des sols/Défense et restauration des sols (CES/DRS). Il s’agit à titre d’exemple de la réalisation de fosses fumières, des cordons pierreux, de zaï et de demi-lunes, de scarifiages et la régénération naturelle assistée (RNA).

Les aménagements de basfonds, la réalisation de jardins maraîchers, la réalisation de puits agricoles, la réalisation de boulis et la fourniture de semences améliorées sont entre autres les actions prévues dans le domaine de l’amélioration de la production végétale.

Dans le domaine de la gestion des ressources forestières et fauniques, le projet a prévu la réalisation des mises en défend, la création de forêts villages et communales, l’enrichissement de forêts, reboisement, l’appui à la production apicole, l’appui à la valorisation des produits forestiers non ligneux (PFNL), la création de pépinières, l’ouverture de pare-feu, la réalisation de feux précoces, la réalisation de foyers améliorés, etc.

En vue de renforcer le secteur de l’élevage, le projet soutient la création de zones de pâture, l’ouverture de couloirs d’accès, la réalisation de parc de vaccination, la fauche et la conservation de fourrage, la construction de fenils, la réalisation de forages pastoraux, la réalisation de cultures fourragères, etc.

Diffusion de documents de sauvegarde environnementale et sociale (cadre de gestion environnementale et sociale, cadre de politique de réinstallation des populations, cadre fonctionnel), formation des acteurs, élaboration des outils de mise en œuvre opérationnelle (plans d’action de réinstallation simplifiés, outils simplifiés de sécurisation foncière, tableaux de planification et de suivi des mesures de mitigation environnementale et sociale, clauses environnementales et sociales), l’analyse environnementale et sociale des micro-projets, l’intégration des mesures de mitigation environnementale et sociale dans les dossiers d’appels d’offre, suivi environnemental et social.

Le renforcement des capacités a concerné l’organisation et la tenue de plusieurs rencontres de concertations entre les différentes parties prenantes de la mise en œuvre du Projet. Ces rencontres ont permis d’informer et de sensibiliser les acteurs sur le Projet et d’harmoniser les points de vue sur la stratégie de mise en œuvre ainsi que le rôle de chaque acteur. Les bénéficiaires ont également été appuyés sur le plan technique et financier pour l’élaboration de quatre Plans de Gestion Intégrée des Ecosystèmes (PGIE) à raison d’un PGIE par site d’intervention. Entre autres activités réalisées, on peut citer :

  • La sensibilisation de 532 personnes sur la dégradation des ressources naturelles ;
  • La tenue de 12 séances de sensibilisation sur le respect des espaces pastoraux ;
  • La sensibilisation de 1 142 personnes à travers la projection de films documentaires sur la protection de l'environnement ;
  • La tenue de 133 séances de Sensibilisation sur l'éducation environnementale dont 26 en milieu scolaire et 107 au sein des populations ;
  • Organisation d'excursions touristiques dans le complexe au profit de 1 044 scolaires et leaders d'opinion ;
  • La tenue de 32 séances d’appui-conseils aux communes pour la sécurisation des ZOVIC autour du Ranch de Gibier de Nazinga ;
  • La diffusion de trois (3) émissions radiophoniques ;
  • La formation de 3 193 femmes sur les techniques de construction de foyers améliorés à trois pierres ;
  • La tenue de 190 sessions de formation en fauche et conservation du fourrage naturelle ;
  • La formation de 867 personnes en techniques de défriche contrôlée et en Régénération naturelle assistée (RNA) ;
  • La formation de 14 pépiniéristes en technique de production des plants ;
  • La formation de 20 personnes en techniques de gestion de feux de brousse ;
  • La tenue de 96 sessions de formation de producteurs et leur équipement en matériel d'apiculture moderne ;
  • La formation de 153 producteurs sur l’adaptation au changement climatique
  • Réalisation de 3 503 fosses fumières ;
  • Réalisation de 125 ha de cordons pierreux ;
  • Mise en terre de 12 500 arbres sur les berges ;
  • Acquisition de de 500 Kg de phosphate naturel
  • Acquisition de 3 000 Kg de semences améliorées
  • Aménagement de 21 ha de bas-fonds
  • Aménagement de 31 ha de périmètres maraîchers ;
  • Acquisition de de deux (2) kits de matériel de suivi écologique ;
  • Application des feux d'aménagements et ouverture de pare feux sur 200 000 ha de forêts
  • Confection et pose de 61 panneaux signalétiques dans les forêts
  • Création de 42 ha de zones de mises en défens individuelles au profit de 20 producteurs ;
  • Création de deux (2) pépinières ;
  • Création et entretien de 20 salines ;
  • Délimitation de 356 ha de forêt ;
  • Enrichissement de 22 ha forêts ;
  • Délimitation d’un ZOVIC et de ses corridors ;
  • Ouverture mécanique de 165 Km de pistes forestières ;
  • Ouverture manuelle de 710 Km de pistes forestières ;
  • Réalisation d’une étude de faisabilité sur les infrastructures d’accueil touristiques dans le Ranch de gibier de Nazinga ;
  • Organisation de 1 200 HJ de sorties de surveillance, de lutte contre le pacage illégale et l'exploitation de bois ;
  • Organisation de 1 200 HJ de sorties de lutte anti-braconnage
  • Ouverture de 85 Km de pare-feux ;
  • Réhabilitation de 5 digues de barrages pour l’abreuvement de la faune ;
  • Réhabilitation de quatre (4) observatoires de faune ;
  • Réalisation de deux (2) inventaires pédestres des mammifères dans tout le complexe écologique PONASI ;
  • Production et diffusion de quatre lots d’outils de communication et de promotion du complexe écologique PONASI
  • Mise en terre de 34 690 plants ;
  • Vulgarisation de 4 758 foyers améliorés à trois pierres ;
  • Création de 156 ha de zones de pâture ;
  • Construction de 33 fenils pour la conservation du fourrage naturel ;
  • Réalisation de 7 parcs de vaccination ;
  • Réalisation de 4 forages pastoraux ;
  • Ouverture de 167 Km de couloirs d'accès ;

La mise en œuvre des sauvegardes environnementale et sociale a été faites à travers plusieurs activités dont l’élaboration des outils de mise en œuvre opérationnelle (plans d’action de réinstallation simplifiés, outils simplifiés de sécurisation foncière, tableaux de planification et de suivi des mesures de mitigation environnementale et sociale, clauses environnementales et sociales), l’analyse environnementale et sociale des micro-projets, l’intégration des mesures de mitigation environnementale et sociale dans les dossiers d’appels d’offre, le suivi environnemental et social.

  • Diffusion de documents cadres de sauvegarde environnementale et sociale (cadre de gestion environnementale et sociale, cadre de politique de réinstallation des populations, cadre fonctionnel) ;
  • 2 132 sites de microprojets communautaires analysés à travers la grille de screening environnemental et social ;
  • 1260 mémorandums de cession de sites
  • 52 plans d’actions de réinstallation PAR
  • 480 Prescriptions Environnementales et Sociales (PES)
  • Elaboration de 8 Notice d’Impacts Environnementaux et Sociaux (NIES) assorties de 8 Plans de gestion environnementale et sociale
  • Acquisition de 47 kits d’assainissement pour les collectivités territoriales
  • Formation 1523 personnes dont des cadres du Projet, de l’administration publique et surtout des collectivités territoriales sur la sauvegarde environnementale et sociale

Promotion de l’utilisation de foyers améliorés à trois pierres à Kouka

Promotion de l’utilisation de foyers améliorés à trois pierres à Kouka


18 décembre 2017    sadmin

Film foyers améliorés de Kouka à NIou

La sécurisation foncière en marche dans la commune rurale de Douna

La sécurisation foncière en marche dans la commune rurale de Douna


18 décembre 2017    sadmin

La mise en œuvre de la loi N°034/2009/AN du 16 juin 2009 portant régime Foncier rural est en marche dans la commune rurale de Douna, région des Cascades. En effet, cent (100) femmes exploitantes du bas – fond non aménagé de Niofila dans cette collect ivité, viennent de rentrer en possession d’Attestations de Possession Foncière […]

Plantation d’anacardiers à Pognoa Sankoado au Burkina Faso

Plantation d’anacardiers à Pognoa Sankoado au Burkina Faso


19 décembre 2017    sandrine. Ouattara

Suite à un voyage d’étude organisé par le Programme National de Gestion des Terroirs (PNGT) destiné à la réalisation d’une oeuvre commune de production de plants et de plantation par les villageois de Pognoa Sankoado, un paysan, Maldia THOMBIANO, expérimente avec succès la plantation d’anacardiers, et apporte des solutions pour améliorer la résilience des populations […]

La protection des ressources naturelles

La protection des ressources naturelles


18 décembre 2017    sadmin

La protection des ressources naturelles qui constituent le socle du développement économique et social, est une préoccupation majeure pour tous les pays sous-développés. Pour contribuer à apporter des réponses à ces préoccupations, le Gouvernement du Burkina a mis en place depuis 2001 un Programme national de gestion des terroirs (PNGT) dont l’une des composantes est […]